Le FN, la commune et le migrant.

Article : Le FN, la commune et le migrant.
Étiquettes
19 septembre 2016

Le FN, la commune et le migrant.

Le 16 septembre 2016, le FN annonçait dans un communiqué la création d’une association de « communes sans migrants ». On pourrait passer une bonne partie de cet article à rappeler la différence entre migrants et réfugiés, qu’ils sont une goutte d’eau comparé à notre population ou, même, mettre un terme au débat tout de suite en rappelant que la France a tout simplement l’obligation juridique de venir en aide aux réfugiés. Mais il est beaucoup plus intéressant de se demander pourquoi le FN a eu cette idée.

Notre pays compte plus de 36 000 communes, dont la très grande majorité n’a jamais vu de population récemment immigrée, pas de migrants et encore moins de réfugiés. En revanche ils regardent la télévision et, sont terrifiés par les récentes attaques terroristes de Charlie Hebdo et du Bataclan, par le problème de la « Jungle » de Calais et, surtout, par cette histoire de « perte d’identité nationale ». C’est à ces personnes que le FN s’adresse, avec l’argument massue que bien d’autres ont déjà utilisés avant : la peur.

L’objectif de cette association n’est pas de protéger la population, mais bien d’avoir des votes. Ils savent pertinemment que cette idée est contraire à nos lois ainsi qu’aux textes internationaux, mais, tout comme on refuse aux enfants roms d’aller à l’école, l’idée est de pousser la population à avoir peur un peu plus chaque jour de « l’autre », même si cela veut dire accepter pour s’en protéger des mesures amorales et injustes. Après tout, ce sont des « étrangers », on nous a appris à ne pas les connaître, à les craindre et, si la télé et nos politiques disent qu’ils sont méchants, alors ils le sont. Et lorsque cette association sera invalidée par la justice, ils passeront pour des martyrs, ce qui était leur objectif dès le départ. Ils seront vus comme les seuls qui « font quelque chose » contre cette « invasion ».

Concrètement, le FN n’aura strictement rien fait. Il n’ont pas plus d’idées pour sauver les petites communes que beaucoup d’autres partis. Mais ils ont besoin de votes et, pour cela, il faut jouer sur la peur pour se faire élire, comme l’ont fait les autres avant lui. Pour un parti se voulant anti-système, on repassera.

A aucun moment le débat sur l’avenir de nos communes n’a été posé. A aucun moment on s’est demandé, posément, si l’arrivée de ces migrants pouvaient être un moyen  ou non de combattre la disparation de nos communes et, si oui, à quelle(s) condition(s). Le citoyen doit se rendre compte qu’il est manipulé juste pour poser un bulletin de vote.

De trop nombreux politiciens jouent sur la peur des migrants car ils ne veulent pas s’attaquer aux problèmes plus profonds de notre société. Proposer des solutions contre le chômage, lutter contre la corruption et les inégalités, construire des logements ou réduire notre déficit public sont des tâches « sales » pour eux, qui ne les mettent pas en valeur à la télévision car ça ne paie pas beaucoup niveau « réputation ». Pire, ça peut faire ressortir de « sales affaires ».

Seulement voilà, le travail de nos élus est de travailler pour l’intérêt général. Pas de profiter de son poste pour avoir plus de votes pour son prochain siège de ministre.

Ne tombez pas dans le panneau amis citoyens, forcez nos politiques à créer un vrai débat, à poser les vrais questions.

A la réflexion, vous verrez que même l’arrivée de milliers de réfugiés et de migrants est en réalité le cadet de nos soucis. ça pourrait même être une chance !

Le combat continue.

Sébastien KEREBEL

Si vous avez aimé cet article, suivez les prochains sur Facebook et Twitter:

Pour toute question, conseil ou proposition, vous pouvez également écrire à ce mail:

projetlecitoyen@gmail.com

 

 

 

Partagez

Commentaires